”La réputation de ce producteur croît très rapidement, et avec raison. Les prix augmentent également, mais dans une moindre mesure. Si vous trouvez dispendieux ce vin, sachez qu’il y a 25 produits d’appellation Gigondas à la SAQ, et que celui-ci est le 3è moins cher (ex-aequo avec un autre). Si le moins dispendieux est à 29,85$, plusieurs coûtent 35$, 40$, 50$ et plus (voir ici). Au Moyen Âge, la ferme Le Mas des Flauzières appartenait au château d’Entrechaux. Sous la direction de Jérôme Benoît qui a fait des études en agronomie et oenologie et dont la famille possède ce domaine depuis la fin du 19e siècle, on élabore une dizaine de vins sur plusieurs appellations (Gigondas, Vacqueyras, Séguret, Côtes-du-Rhône Villages, Ventoux).

Cette situation est plutôt rare pour un domaine familial, celle-ci étant très exigeante au niveau de la culture de la vigne et de la vinification.

Ce vigneron indépendant a adopté la démarche Terra Vitis visant à préserver l’environnement et la santé humaine. Le vignoble est cultivé et enherbé un rang sur deux. Les raisins qui ont servi à élaborer le vin mentionné en titre poussent sur des coteaux et terrasses aux sols argilo-calcaire, orientés sud-ouest sur les contreforts des Dentelles de Montmirail.

Les vignes de Syrah et Mourvèdre sont âgées de 15 à 30 ans, alors que celle de Grenache ont de 15 à 70 ans. Le rendement moyen est de seulement 35 hectolitres à l’hectare. On utilise uniquement les levures indigènes pour démarrer la fermentation. Le vin a bénéficié d’un
élevage de 18 mois en fûts de chêne français. 10% des barriques étaient neuves et le reste étaient de un à trois ans.

Signalons que nous avons droit avec ce nouvel arrivage à une toute nouvelle présentation pour ce vin.

Mais n’ayez crainte, c’est le même bon vin à l’intérieur de la bouteille.


Notes de dégustation:

De par leur encépagement et leur situation géographique, on dit parfois des vins de Gigondas qu’ils sont des mini Châteauneuf-du-Pape.

Celui-ci est mieux que ça; ce vin à la robe rubis foncé et quelque peu violacée exhale des parfums fruités (framboise, mûre), de violette et de garrigue, ainsi que des notes animales (cuir) et de réglisse; la bouche est souple, fraîche, mais aussi légèrement gommeuse, rappelant un mélange de cerise et de réglisse; l’équilibre se prolonge jusqu’à la finale des plus savoureuses.

Délicieux maintenant mais pouvant se conserver au moins pour les 5-6 prochaines années.

Pour accompagner des plats riches et goûteux à base d’agneau, de boeuf ou de gibier, ainsi que des
fromages relevés.

 -Yves Mailloux, CDGV. 6 décembre 2020